À Beyrouth, que de voitures ! Nous avons posé notre caméra sur notre balcon pendant une minute … À vous d’observer ce qui s’y passe !

Avez-vous bien regardé ? Vous trouverez plus bas quelques détails et puis un zoom sur un mode de transport mystère, visible sur la vidéo !

Les taxis

Beyrouth est une ville très embouteillée. Les voitures klaxonnent très souvent : quelle cacophonie dans la rue ! En particulier, les taxis klaxonnent pour avertir qu’ils sont là, et disponibles à faire une course. Si vous marchez dans la rue, c’est un concert de klaxons continu !!

Le système de taxi est très intéressant ici. Il y a deux systèmes dans ces voitures taxis : “le service” et “le taxi”.

Un “service” vaut 2000 LBP (environ 1€) par personne. Il implique que plusieurs personnes peuvent monter à bord du taxi et que le chauffeur déposera tout le monde, non pas dans l’ordre d’arrivée dans le taxi mais selon le chemin qu’il aura décidé, le plus court pour lui. On ne se retrouve pas forcément exactement à l’endroit demandé, mais à proximité.

Pour les très longs trajets, un service double vaut 4000 LBP.

Le prix d’un “taxi” est à négocier avant de rentrer dans le taxi. Nous sommes les seuls passagers à bord et le chauffeur va directement où nous avons besoin d’aller. Les prix se négocient en LBP ou en dollars américains ; la négociation se fait en français, en anglais, ou avec les mains !

taxi6000

Pour aller au collège Elysée en “service” ou en “taxi”, nous mettons plus d’1h. Dernièrement nous avons trouvé une autre solution : les mini-bus !

Les mini-bus

bus-l
Les mini-bus ont des numéros et sont tous un peu comme celui-ci. Il y en a plein dans Beyrouth et il faut vivre un moment dans Beyrouth pour apprendre où ils passent. En effet, il n’y a pas d’arrêt de bus ! Il suffit d’être sur le bord de son chemin et de le héler ! Vous ne risquez pas de le rater parce que lui-aussi, comme les taxis, vous klaxonne !

Toutes les courses valent 1000 LBP, soit environ 50 centimes d’euro.

Les chauffeurs des mini-bus n’ont pas froid aux yeux ! Ils ont l’habitude du trafic, et connaissent les routes par coeur ; nous passons parfois tout près des autres véhicules ! C’est également une des raisons pour lesquelles tout le monde klaxonne à Beyrouth : pour signaler sa présence et éviter l’accident !
Au final, pour aller au collège élysée, nous ne mettons “que” 40 minutes en mini-bus !

Avec le mini-bus ou le taxi, pour aller au collège arménien Mesrobian, nous mettons 15 minutes car il y a moins d’embouteillage.

Le mode de transport mystère !

Voici ci-dessous un nouveau véhicule que nous n’avons vu qu’à Beyrouth !

Les libanais assemblent eux-mêmes leur scooter avec cette protection contre la pluie ! Pratique, non ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.